Une roseraie en Haute-Provence

Une roseraie atypique dans un lieu chargé d'histoire, avec un jardinier à la recherche de méthodes naturelles d'entretien des rosiers

Jean-Yves Meignen

image1
Jardinier de l’abbaye de Valsaintes

Après un parcours professionnel dans de grandes pépinières internationales, Jean-Yves Meignen s’est associé, en 1996, à la restauration de l’abbaye de Valsaintes ainsi qu’à la création d’une pépinière de rosiers et d’un espace naturel autour de l’ancienne abbaye. D’une terre envahie par une friche pluri centenaire, il fera naître un jardin singulier. Les années de mise en place du jardin ont révélé une richesse botanique et faunique insoupçonnée que Jean-Yves Meignen a toujours eu à cœur de préserver et d’entretenir afin de préserver ce patrimoine unique

L’abbaye de Valsaintes, fondée par des moines cisterciens au XI° siècle, est perchée dans la Haute-Provence des Lavandes sur un oppidum de 600m d’altitude. En 1996, ce site en friche est repris par un groupe d’amis pour en faire un lieu de vie. 

images2L’un deux, Jean-Yves Meignen, jardinier passionné décide d’installer une pépinière de rosiers dans cet endroit loin de tout. Pour accompagner sa production, il entreprend d’aménager les terrasses de pierres sèches de l’abbaye en un jardin de roses et implante quelques 500 variétés de rosiers au fil des ans. Il apprend les rudesses du climat où se succèdent étés secs et hivers rigoureux. La sélection de rosiers résistants va en découler ainsi que des méthodes de culture adaptées et respectueuses de l’environnement.image3

Il agence ce jardin avec des plantes compagnes sauvages ou sélectionnées pour leur adaptation au climat. L’eau est gérée à l’économie et les rosiers sont soignés par des méthodes propres utilisant le pouvoir des huiles essentielles. La pépinière de rosiers débute en 1998 avec la plantation de 1000 porte-greffes et avec le greffage de variétés anciennes et contemporaines non protégées. Par la suite le greffage est abandonné pour une spécialisation dans une multiplication par bouturage de variétés anciennes et contemporaines. Elle s'effectue sous contrats avec des obtenteurs comme François Dorieux ou Edirose. Aujourd’hui 6000 rosiers sont multipliés puis élevés en conteneurs pour être vendus exclusivement aux particuliers sur place et sur une e-boutique.

image4
Son parcours personnel l’amène à reconsidérer constamment ce qu’il sait, ce qu’il fait en privilégiant l’observation du comportement des plantes et de leur environnement pour comprendre les erreurs commises. Il en résulte une volonté d’agir en conscience avec comme mot d’ordre « respect du vivant » et une mise en application par des pratiques naturelles sans aucun produit biocide (qui tue la vie).

image5Homéopathie, aromathérapie, eau dynamisée, paillage en paille de lavandes locales, insectes auxiliaires du jardin…sont sans cesse à l’étude afin que la nature utilisée pour nos jardins puisse, de plus en plus, s’exprimer selon sa véritable nature. Pour lui un jardinier doit composer avec la nature et non la contraindre.

C’est dans cet état d’esprit que Jean-Yves Meignen anime ses stages de jardinage à l’abbaye de Valsaintes ou dans d’autres lieux.

image6
Jean-Yves Meignen a co-écrit avec Daniel Morin – journaliste france bleu Vaucluse -un cahier « Mémoire de mon jardin » : un bouquet de conseils pratiques, d’astuces, de dictons populaires… et un panier garni de rubriques pour réussir ses semis, nourrir la terre, protéger ses cultures, entretenir ses outils, économiser l’eau, créer ses étiquettes, recueillir ses graines, conserver ses fruits et ses légumes, parfumer sa maison etc…